• Scalp

Le 22 mai 2005 : à Livingstone


Nous avons passé la nuit à Kasane et partons de bon matin vers

et la frontière zambienne. Les formalités de sortie du Botswana accomplies, il faut traverser le Zambèze à bord d’un petit bac. De nombreux camions attendent leur tour. Heureusement, c’est dimanche et la file d’attente reste raisonnable. Il paraît qu’en semaine il n’est pas rare d’attendre plus de 5 heures pour traverser ! Une fois sur l’autre rive, nous accomplissons les formalités d’entrée en Zambie. Ambiance étrange et un peu « faune » à ce poste frontière : Deux jeunes se disputent au sujet d’un vol d’argent et demandent au policier de l’immigration d’intervenir ; pendant ce temps un homme théâtralise ses négociations avec le douanier et invoque « Jesus Christ » à maintes reprises ; un soit-disant représentant d’une compagnie d’assurance essaie de nous vendre une soi-disant police obligatoire.... Léa et Rose sont enchantées car un des policiers a appris le Français et échangent avec elles quelques mots : enfin quelqu’un qu’elles comprennent et qui les comprend dans ces pays anglophones ! Nous passons les formalités sans difficulté et partons vers Livingstone.





La petite ville qui porte le nom du découvreur des chutes Victoria en est l’accès côté zambien. La perspective est bien moins bonne que du Zimbabwe. On peut cependant marcher un peu le long du Zambèze, jusqu’à atteindre le gouffre où il tombe. Spectaculaire. Le débit est tel, après la saison des pluies, que nous sommes bien vite trempés jusqu’aux os. Pendant la promenade des bandes de singes (des petits vervets ou d’inquiétants babouins dont certains sont de la taille de Léa) nous escortent.










A Livingstone, sur le parking du Spar, au milieu des clients et des voitures, un phacochère se promène tranquillement. Babouins sur les lieux touristiques, phacochères sur le parking du supermarché. Drôle de mélange entre le quotidien et la vie sauvage qui n'est pas content uniquement dans les parc et réserves.








3 vues0 commentaire