• Scalp

Du 16 au 19 février 2005 : le Drakensberg

Dernière mise à jour : 31 mars



Nous quittons la belle région des battlefields et arrivons, en passant par Ladysmith, dans le Nord de la chaîne montagneuse du Drakensberg, les montagnes du dragon. A mesure que nous approchons, les collines s’élèvent d’abord en petites montagnes arrondies aux courbes douces. Couvertes de prairies, leurs pentes semblent moussues. Puis, ce sont de véritables falaises qui s’élancent vers le ciel : les zoulous appellent ces montagnes le rempart de lances. Elles portent bien leur nom ! La région est le paradis des randonneurs et des cavaliers.




Nous marchons dans plusieurs vallées : celle du « Mont-aux-sources » dans le Roya National Park, puis le « Cathedral Peak » et le « Champagne Castle », plus au Sud, et enfin « Giant’s Castle ». Chaque randonnée offre son lot de paysages superbes et de grands espaces. Nous ne marchons guère qu’entre 5 et 10 km par jour : Pascal porte Rose dans un sac à dos, et Léa crapahute courageusement tout en papotant de longues heures durant avec sa maman. Sans atteindre les cols les plus élevés, offrant les meilleurs points de vue, nous profitons cependant de paysages somptueux.

Chaque entrée de parc est payante (une trentaine de rands par adulte). Mais l’avantage est que les sites sont bien entretenus. Les sentiers sont pour la plupart débarrassés des hautes herbes qui cachent une faune pas toujours hospitalière : Pascal voit un long serpent vert qui démêle ses anneaux et s’enfuit en glissant entre les pierres. On aperçoit aussi quelques fois des bandes de singes. Ils restent assez craintifs. Les rangers font d’ailleurs tout pour qu’ils conservent leur peur naturelle de l’homme. Des panneaux annoncent d’ailleurs : “if you feed them, we shoot them”. Radical mais cela semble efficace.









Léa et Rose profitent d’un des nombreux ranchs de la région pour faire quelques tours de manège à dos d’un poney. La promenade sera courte mais les filles sont enchantées. La petite Rose nous semble bien minuscule sur sa monture.








Nous logeons toujours chez les backpackers : « Amphitheatre lodge backpackers » puis « Ikosana » offrant chacune un accueil formidable et un site magnifique. Mais notre coup de cœur ira à ce petit cottage que nous louons rien que pour nous, au pied d’une montagne et de prairies, non loin de Giant’s Castle. Un véritable petit paradis, installé en face d’une petite rivière. La maison des Ingalls !

A Giant’s Castle nous admirons les dessins d’animaux ou de scènes de chasse des bochimans sur les parois de grottes. Ces petits hommes (hottentots), premiers habitants du bush sud-africain, s’exprimaient avec des claquements de langue. Les Zoulous et Xhosas ont intégré certains de ces claquements qui donnent une sonorité caractéristique à leur langage. Lorsque l’on entend un speaker à la radio, on est sûr qu’il s’agit d’un sud-africain.


Enfin de bonnes nouvelles de notre voiture : chargé à bord d’un cargo, le container devrait être sur les quais de Durban le 24 février. Nous devons rentrer à Durban pour les formalités. Mais cette boucle de 2 200 km dans le KZN nous a séduit et éblouit. L’Afrique du Sud est somptueuse et nous avons hâte d’en poursuivre la découverte.



4 vues0 commentaire