• Scalp

Les 5 et 6 septembre 2005 : les pyramides de Jebel Barkal et de Nuri

Dernière mise à jour : 13 sept.

De Meroe, nous gagnons Khartoum puis repartons vers le Nord-Ouest. Lorsque la route rejoint le Nil à Abu Dom, nous obliquons vers Karima. Nous suivons le Nil qui constitue une seule et longue oasis à travers le désert. Sur les rives du large fleuve s’étirent champs, dattiers et villages. Au-delà, de part et d’autre, règnent le sable, les pierres et la poussière dans la chaleur d’un soleil implacable.




Régulièrement, le long des routes, on trouve des petits abris à l’ombre desquels sont placés des jarres d’argile emplies d’eau. Le précieux liquide est ainsi mis à disposition par les villageois pour les voyageurs. Parfois, un véhicule s’arrête et quelqu’un en descend pour emplir une bouteille. La terre cuite maintient l’eau à une température remarquablement fraîche compte tenu de la canicule ambiante. Mais nos fragiles estomacs européens nous interdisent d’y goûter… Heureusement que nous avons notre frigo !






De retour dans le désert, Léa et Rose renouent avec un eu adapté à l'environnement : le dromadaire !



A Merowe, le Soudan bâtit sur le Nil un vaste barrage, pendant de son rival égyptien d’Assouan. Nous croisons de nombreux camions sur la route conduits par des Soudanais et des Chinois, qui participent à la construction du barrage. Cet édifice est une moderne tour de Babel : les Chinois ne parlent pas Arabe et les Soudanais ne parlent pas Chinois. Lorsque nous essayons d’échanger quelques mots, nous nous rendons compte que ni les uns ni les autres ne parlent Anglais. Ces équipes mixtes de chauffeurs doivent s’ennuyer un peu lors de leurs longs trajets dans le désert ! L’activité qui règne autour du chantier semble favoriser l’alimentation en gasoil de ces stations du Nord du pays : nous faisons, sans problème et à notre grand soulagement, le plein de gasoil à Abu Dom.


Nous essuyons une nouvelle tempête de sable qui arrive dès le petit matin : on se réfugie dans le Land Rover pour prendre un petit déjeuner à l'abri des rafales de vent et du sable.



Nous traversons le Nil à bord d’un petit bac et passons la journée sur le site de Jebel Barkal, près de Karima. Jebel Barkal signifie »montagne sacrée » en arabe. La montagne était le trône du dieu Amun, le trône des deux pays, l’Egypte et la Nubie. Le sommet de la montagne offre une vue superbe sur la vingtaine de pyramides, bien conservées ainsi que sur la ville de Karima, le Nil et le désert environnant.



A Nuri, nous allons nous promener au milieu d’un groupe de pyramides plus anciennes encore que celles de Meroe ou de Jebel Barkal.






1 vue0 commentaire